dimanche 20 avril 2014

Amusant ?

Tiens, voici ce que l'on dit de moi aujourd'hui :

il est, peut-être à son insu, le meilleur allié de la malbouffe industrielle puisqu'il légitime la délégitimation des saveurs originelles et quelque part, en tant que prescripteur d'une alimentation artificielle, le fossoyeur de la gastronomie. Le genre d'individu pour lequel on donnerait sa vie afin qu'il puisse continuer à nous gonfler

Amusant, non ?
Allié de la malbouffe industrielle : pour être un allié, il aurait fallu faire une alliance... qui n'existe pas.
La malbouffe industrielle : et si, comme les carrés ronds, cela n'existait que dans le royaume des mots, que certains agitent pour faire du commerce (de papier) ?
Les "saveurs originelles" : OK, redevenons des primates primitifs, qui mangent des fruits et crèvent de faim la moitié de l'année. La saveur du rien, ça doit être intéressant, non ?
La délégitimation de ces saveurs : oui, pour l'art culinaire comme pour d'autres arts, je promeus la créativité. Mozart toute la journée, c'est lassant. De la choucroute à tous les repas ? Assez. Vite, des plats nouveaux.
Prescripteur d'une alimentation artificielle : certes, puisque toute la cuisine est littéralement "artificielle", le produit de l'art. Il faut être idiot ou malhonnête pour penser que la cuisine soit naturelle.
Fossoyeur de la gastronomie ? Pas possible, puisque je fais chaque seconde de la "gastronomie moléculaire ! Notre homme confond bonne cuisine (ce que l'on mange) et gastronomie (connaissance raisonnée) : soit il fait exprès, et il est malhonnête, soit il est ignare. Voyez vous une autre possibilité ?
On donnerait sa vie pour moi ? Merci, n'en faites pas tant !